Bienvenue sur le site de la basse - cour du Nord

UNE GRANDE ET TRES VIEILLE FAMILLE DE VOLAILLES D'EUROPE DU NORD

(c) Conservatoire Avicole Nord-Picardie 2004 - droits réservés -
à gauche : dessin de Marcel SIMONI **

mise à jour de la page : avril 2010


1 - UNE FAMILLE NOMBREUSE AU PLUMAGE GRIS ET AU CAMAIL ARGENTE

Voici une famille très ancienne de volailles qui vivent sur une large part de l'Europe du Nord depuis des siècles.
Elle a certainement compté un grand nombre de variétés ; celles qui sont restées aujourd'hui sont les races suivantes que nous vous proposons de vous faire découvrir.

Assendelfter Brakel , dessin de Vander Snickt Campines , Acclimatation Illustrée 1884 Chaam Fowls , Th. Van Gink couple de Frises , Th. Van Gink
Hamburghs , Lewis Wright 1870 Hergnies , Les Aviculteurs du Nord Mouette de Frise ,Kramers Taschenbuch poule de Westphalie, Blancke-Zander
Cliquez pour agrandir. Ensuite vous pouvez déplacer l'image en cliquant et glissant sur le bord supérieur.
Les représentants de cette grande famille ont en commun les caractères suivants :
- Un camail argenté , le reste du plumage est soit gris-barré , soit gris-moucheté.
- Les pattes sont de couleur bleue ou gris-ardoisé.
- La crête est plutôt petite , simple ou frisée , les oreillons blancs ou nacrés.
- Les volailles ont le caractère assez farouche , volent et se perchent très facilement ; elles pondent beaucoup , leurs oeufs sont blancs ; elles couvent rarement.
- Une variété dorée existe pour la plupart d'entr'elles.

On dénombre environ une dizaine de races réparties sur 4 pays; on peut en distinguer la zone géographique approximative sur la carte ci-contre.
Dans son dernier ouvrage " les races étrangères " , J.C Périquet ne fait pas mention de ce type de plumage dans d'autres pays d'Europe.
Certaines présentent également un plumage doré et barré.
Tout porte à croire que c'est la Hollande qui en est le berceau. De nombreux auteurs s'accordent sur ce point , et c'est la poule de Frise qui serait la plus ancienne ( lire l'article plus bas )
Peut-on réellement parler de races tant les caractères communs sont si nombreux ? Cette grande famille ne serait-elle pas à elle seule une race aux variétés multiples ?

Dans un livre daté de 1775 qui a pour titre Les soupers de la cour ou l'art de travailler toutes sortes d'alimens" on peut y trouver une recette de cuisine intitulée " Campine à la bigarure "
C'est dire si cette famille est ancienne !

Voici , brièvement exposées, quelques caractéristiques pour chacune :

Appellation Localisation Masse Plumage Crête Diam. bagues
Assendelfter Pays-Bas coq: 1,5-1,7 kg
poule: 1,2-1,3 kg
coq presque blanc
poule bien barrée
frisée coq:15-poule:13
Brakel Belgique coq: 2,2-2,5 kg
poule: 2-2,2 kg
barré foncé, selle
blanche chez le coq
droite coq:18-poule:16
Campine Belgique coq: 1,6- 2 kg
poule: 1,2-1,6 kg
barrures nettes, selle
blanche chez le coq
droite coq:16-poule:14
Chaam Hoen Pays-bas coq: 2,7-3,2 kg
poule: 2,2-2,7 kg
barré foncé, selle
blanche chez le coq
droite coq:18-poule:16
Poule de Frise Pays-Bas coq: 1,5-1,7 kg
poule: 1,2-1,3 kg
coq presque blanc
poule bien barrée
droite coq:15-poule:13
Hambourg Pays-Bas coq: 2-2,5 kg
poule: 1,6-1,8 kg
coq presque blanc
poule bien barrée
frisée coq:16-poule:14
Poule d'Hergnies France ( nord ) coq: 2,5-3 kg
poule: 2-2,5 kg
plus fleuri que barré
2 barres aile du coq
droite coq:18-poule:16
Mouette de Frise Allemagne coq: 2,3-3 kg
poule: 1,75-2,5 kg
coq presque blanc
poule bien barrée
droite coq:18-poule:16
Poule de Westphalie Allemagne coq: 2-2,5 kg
poule: 1,75-2 kg
coq presque blanc
poule bien barrée
frisée coq:18-poule:16

Quelques remarques :
La Campine n'a plus de standard officiel , celui-ci ayant été abandonné par les Aviculteurs Belges.
La Hambourg est probablement celle qui présente le plus grand nombre de variétés de plumage : crayonné, pailleté, doré, noir. Cela peut s'expliquer par le fait qu'elle a connu la plus grande popularité et a été exportée en Angleterre et aux USA.
Notre poule d'Hergnies paraît être la seule à n'exister qu'en une variété.

Chasse et Pêche n° 47 , du 23/08/1895
ACCLIMATATION - ELEVAGE
La poule de Frise

Il nous est demandé de deux côtés à la fois si nous connaissons la poule de Frise. Certainement, et nos lecteurs doivent la connaître également : nous l'avons dessinée d'après nature en Hollande et nous en avons parlé souvent.
Disons tout d'abord qu'il ne s'agit pas de la poule frisée ( en anglais frizzled, frisian ); cette anomalie d'avoir les plumes frisées se rencontre dans presque toutes les races, le plus souvent chez les négresses, et il y a une vingtaine d'années les padoues frisées reçurent le titre de poules du Chili.
La poule de Frise est une des nombreuses variétés grises à camail blanc, elle est peut-être la plus ancienne de toutes, celle dont proviennent les hambourgs, les pel, les campines, les braekels. La seule différence entre la Poule de Frise et la pel des environs de Breda, celle dont les Anglais ont fait la hambourg crayonnée, consiste dans la crête. La première a la crête simple, l'autre frisée et terminée en pointe en arrière. La taille est la même, seulement en Angleterre les barres du plumage ont été perfectionnées , étendues d'un côté jusque sous la queue et de l'autre jusque sur le haut de la poitrine.
Les Frisons, au contraire, veulent la gorge et le haut de la poitrine blancs et tiennent à ce que le duvet sur le ventre le soit également. Tous les qualificatifs de " poule pond tous les jours " , doodlegger : pondant jusqu'à la mort " et autres , revenaient primitivement à la poule frisonne, à la boerenpel , c'est à dire à la poule des paysans, celle à crête simple. Nous ignorons l'influence sur le nombre et la grosseur des oeufs, des barres sur le ventre et sur le haut de la poitrine. Naturellement, une sélection ayant pour objet la perfection d'un dessin sur le plumage ne peut se faire qu'au détriment des qualités négligées. Mais à cela le fancier , l'amateur du beau idéal a une réponse toute faite : "Nous accentuons les caractères distinctifs de la race, et si nos sujets d'exposition peuvent avoir momentanément perdu de leurs qualités prolifiques, il suffit de les croiser avec les anciens types restés à la campagne pour qu'immédiatement les bonnes qualités reviennent, et nous aurons la beauté en plus. "
Cette théorie est assez exacte. Les amateurs de concours et d'expositions sont indispensables en aviculture, non seulement pour améliorer les bonnes races existantes, mais pour les conserver.
Toutes les races de poules grises à cou blanc existent en deux variétés : l'argentée et la dorée; mais ce qui prouve l'ancienneté plus grande de la race frisonne, c'est que , chez elle ,la variété dorée est d'un doré beaucoup plus accentué que chez les autres. Le fond doré prend une teinte brun acajou, de plus on la rencontre sous cinq ou six autres plumages, entre autres sous un doré inverse, c'est à-dire à fond doré barré de blanc qui ne se voit chez aucune autre variété ; enfin toutes les variétés existent aussi sans queue, et les dix ou douze classes ont toutes gardé les caractères distinctifs de la race si bien accentués qu'aucune trace de croisement n'est visible.
Il est évident qu'il y a plusieurs siècles les expositions et les concours d'animaux domestiques étaient arrivés dans les Pays-Bas à une perfection qui n'a jamais été atteinte en Angleterre. De cette ancienne splendeur ,il est resté quelques traces , telles que le petit hollekropper, certes le plus extraordinaire de tous les boulants , trois ou quatre autres espèces de pigeons quasi oubliées ,le canard mignon qui a déjà disparu ; il reste quelques rares exemplaires de la poule hollandaise, noire, bleue et blanche, à huppe blanche; la blanche à huppe noire n'existe plus. Nous avons connu des sabots, des kriels auprès desquels tous les bantams actuels sont des géants; il y a vingt ans , il était encore possible de se procurer des exemplaires de Bréda , de Gueldre, d'une taille convenable ; il ne faudrait pas trois ans pour leur rendre leur ancien volume qui doit avoir été celui du langshan actuel. Nos braves voisins du Nord semblent avoir perdu leur attachement aux bonnes choses du passé : ils consacrent toute leur activité et leur énergie à l'amélioration de la wyandotte et de l'italienne.
Depuis une trentaine d'années que nous fréquentons les expositions de Hollande, nous avons vu successivement diminuer en nombre et en qualité toutes les espèces de volailles nationales ou importées, mais cultivées dans les provinces néerlandaises seules , avec des connaissances et un soin jaloux. Il est regrettable, nous disait un jour un bon vieil amateur disparu depuis lors, il est regrettable que nous ne puissions réunir nos efforts; en Belgique, vous avez les amateurs, en Hollande, nous avons l'argent, mais les amateurs font défaut.
Il suffit de jeter un coup d'oeil sur les croquis rapportés de l'exposition de Bois-Le-Duc du mois de janvier, continués à Anvers et à Bruges en 1890, pour se convaincre que les races de volailles néerlandaises ne le cèdent en rien aux races actuellement en vogue en Angleterre. Nous disions alors :
" Il serait intéressant d'avoir une étude sur la race frisonne, ses variétés, son antiquité. M. L. Spruyt, d'Oludekerk, exposait des poules de Frise:
1 ) - dorées à fond acajou ;
2 ) - argentées (zilver pel);
3) - noires;
4 ) - piles . Il eût été plus correct de dire " dorées inverses " , car chez la poule le fond est isabelle et le crayonnage, au lieu d'être noir, est blanc ;
5 ) - coucou;
6) - blanches.
" Nous avons déjà eu l'occasion de constater qu'outre les six variétés citées plus haut, les mêmes variétés existent sans queue, forme wallikiki, et aussi à queue carrée (hen feathered}. Nous pensons qu'il existe peu de races de volailles aussi riches en variétés et aussi uniformes de type. "





Retrouvez l'histoire de notre aviculture en consultant la rubrique documents


Retour à la page d'accueil